Traversée de Milandre ( septembre 2019 ) »

Réseau de la Combe du Bryon ( 12.10.2019 )

12.10.19

Réseau de la Combe du Bryon ( 12.10.2019 )

Participants: Anna, Andrea, Eric, Nicoleta, Philippe C. et Roger (géologue)

Un peu moins d'une année s'est passée depuis la pose d'un barrage de mesure de pression de l'eau/débit un peu plus loin que le bas de la Grande Cascade, aux alentours de -440.
Une maintenance de ces appareils était donc nécessaire.

Nous nous retrouvons au parking au Chalet des Fers un peu en retard vers 9h (Nicoleta était à l'heure) puis nous nous équipons et répartissons le matériel.
Nous faisons la facile marche d'approche jusqu'à l'entrée.
À 10:15 nous entrons, puis descendons sans soucis jusqu'au bas de La Grande Cascade.
C'est donc à 6 que nous descendrons jusqu'au bas de la Grande Cascade, puis nous séparerons en 2 groupes de 3.
À cet endroit nous ferons une pause pic-nic, puis nous séparons en 2 groupes.

Le premier groupe (Andrea, Nicoleta et Roger) effectueront les travaux de maintenance puis remonteront à la surface, tandis que le second (Anna, Eric et moi) descendrons dans le réseau fossile, jusqu'à -646 (au fond quoi...) et remonterons (ben oui...)
____________________________________________________________________

Groupe 1:
Une fois l’équipe qui allait au fond partie, Roger a commencé à préparer son matériel. Heureusement, tout a bien tenu depuis l’année passée, donc pas besoin de faire des travaux sur l’installation en place. Les seules choses à faire ont été le remplacement des sondes pour assurer encore deux ans de mesures, faire des tests de débit et des photos de l’installation et prélèvements des échantillons d’eau (pour info, selon les analyses effectuées l’année passée, l’eau dans le gouffre est d’une qualité exceptionnelle, sans la moindre bactérie). Tout cela a pris toute fois un gros 45 minutes et nous avons bien eu le temps de se refroidir et commencer à greloter. Nous avons commencé à remonter vers 14h et nous avons bien progressé jusqu’aux puits. Dû à des Crolls qui refusaient de s’ouvrir en haut du P25 ;-), nous avons perdu un peu de temps et d’énergie. Vers 18h nous étions dehors. Belle expérience et sortie dans la bonne humeur.

Texte, Nicoleta
____________________________________________________________________

Groupe 2:
Les deux groupes se séparent, et nous commençons à descendre.
Il y a un endroit, juste après le barrage, avec un câble métallique, ce câble est dangereux, nous ne l'avons pas utilisé et avons préféré nous mouiller les pieds.
Ensuite nous arrivons vers la jonction Réseaux Actif/Fossile, nous montons donc et rejoignons le réseau fossile. Depuis là, pas mal d'endroits avec "corde facultative", mais c'est bien utile quand même (et même vivement conseillé), puis arrivons à la salle des Bivouacs.

Salle des Bivouacs
dans la salle des Bivouacs

Depuis là ça se complique, et nous arrivons tant bien que mal dans la salle terminale (et c'est curieux, mais ça ne semble pas trop correspondre au topo, pas vu de R4, mais un petit shunt qui nous a permis de passer). Arrivés dans la salle terminale, nous cherchons le boyau qui amène à la cote -646.

Salle Terminale
dans la Salle Terminale

Là aussi, ça se mérite, car ce boyau n'est pas évident du tout et avons été obligés d'enlever notre matériel vertical pour passer, il est 15h30 quand nous somme au fond du fond.

Vient maintenant le temps de la remontée.
J'avoue que je commence à être sérieusement épuisé, et remercie Eric et Anna qui m'ont accompagné et soutenu (ou supporté? ;-) ) pour toute cette aventure.
excentiques
des excentiques

Après quelques chants, cris, grognements, et autres mots impossible à écrire ici... nous montons, montons et montons (et je ne suis pas moins épuisé pour autant) puis rejoignons à nouveau la partie active.
Au bas de la Grande Cascade nous profitons de faire encore une bonne pause pic-nic.

Ensuite, nous remontons et nous sortirons à 20h15, en temps "record" depuis la Grande Cascade.

C'était une superbe aventure, mais extrêmement épuisante pour moi. Ca a beau être un "-500 facile", c'est quand même très très physique (et mental aussi)

Texte, Philippe C. / Photos, Anna